lundi au vendredi 7:00 - 20:00 | samedi et dimanche 8:00 - 16:00

Clinique santé 24/7

Toujours à l'affut des dernières techniques

Le Virus du Papillome Humain (VPH)

Nouvelles 24/7

Qu’est-ce que c’est ?

Le VPH est un virus qui compte différentes souches (on parle de plus d’une centaine, dont plus de 40 sont transmissibles sexuellement). Elles sont toutes numérotées et classées, le plus souvent à faible risque ou à haut risque d’association à un cancer.

A l’heure actuelle, le VPH est considéré comme l’ITSS (Infection Transmissibles Sexuellement et par le Sang) la plus répandue.

Comment être infecté ?

Toute personne active sexuellement est susceptible de contracter le VPH. On estime que 75% de la population canadienne aura un contact au moins une fois dans leur vie avec au moins une souche du VPH.

La transmission se fait simplement par contact peau à peau avec ou sans liquide corporel, par le sexe oral ou par le partage de jouets sexuels.

 

Comment reconnaitre les symptômes?

Il est possible que vous soyez porteur sans avoir de symptômes. Cela ne signifie par pour autant qu’il n’y ait aucun risque.

Néanmoins, certaines souches (le plus souvent les souches 6 et 11) peuvent causer des condylomes (appelées aussi verrues génitales ou anales).

Les condylomes constituent le seul symptôme visible d’infection par le VPH. Il s’agit d’une ou plusieurs excroissances de peau couleur chair, non douloureuses, situées à proximité ou sur un organe génital.

Les condylomes peuvent apparaitre quelques semaines après un contact avec un partenaire infecté, mais aussi mettre des mois voir des années avant d’apparaitre de façon visible.

On dénombre environ 15 autres souches qui sont qualifiées à haut risque qui peuvent évoluer en cancer du col utérin, de l’anus, du pénis ou de la gorge.

 

Est-ce une maladie grave?

La plupart des souches du VPH n’engendrent aucun impact sur votre état de santé. Dans les cas d’infection par des souches à faible risque, votre système immunitaire va éliminer l’infection dans les 2 ans après la transmission.  

Dans les cas d’infection par des souches à haut risque, il peut y avoir une évolution vers un cancer. Le cancer du col de l’utérus est celui que l’on retrouve le plus souvent. Il touche chaque année 1500 femmes environ, et près de 400 femmes décèdent des suites de la maladie.

Comment le dépister?

Il existe à l’heure actuelle qu’un dépistage chez la femme.

Il est fait lors des Test Pap. Ce test sert à déterminer s’il y a des cellules anormales au niveau du col de l’utérus. Le faire de façon régulière est la meilleure façon de le dépister de façon précoce.

 

Comment s’en protéger efficacement ?

Le condom reste une méthode de protection efficace bien qu’il se limite qu’à la zone qu’il couvre. Il permet cependant de réduire la probabilité d’une infection sans la réduire totalement.

Il existe également un vaccin qui vous protège contre 9 des souches les plus courantes. Il s’agit du vaccin Gardasil 9. Il est recommandé chez l’homme jusqu’à 26 ans et la femme jusqu’à 45 ans.

A RETENIR

  • Il s’agit de l’ITSS la plus rependue.
  • Avoir des condylomes, ne signifie pas que vous avez un cancer, elles ne sont pas précancéreuses.
  • On peut être vacciner avec Gardasil même si l’on a déjà eu un contact avec le VPH
  • Avoir un contact avec une souche du VPH ne signifie pas une immunité aux autres souches du VPH

 

La clinique santé 24/7

Plus dans cette catégorie Mieux connaître le ZONA »